*** Il s’agit d’un témoignage anonyme et cet article est en aucun cas sponsorisé par la marque LimitlessLife et n’encourage personne à prendre de la KATY, de la MDMA ou encore d’autre type de drogue.***

________________________________________________________________________________

Avant toute chose, je tiens seulement à préciser que je ne suis pas une grande consommatrice de drogue. J’ai eu mes expériences, je n’ai jamais fais d’abus et ma dernière prise d’MDMA remonte à plus de 6 mois, mais l’univers des festivals et des raves me donne toujours un peu envie d’en faire.

Bref, Ilesoniq reste l’événement à ne pas manquer malgré qu’il s’agit d’une énorme tentation (puisque beaucoup de gens dans mon entourage prennent de la drogue dure occasionnellement lors de ce genre d’événement). Pas que ça me dérange énormément puisque j’ai quand même un bon contrôle, mais reste que voir ses amis “triper” autant te donnes envie d’être dans le même vibe qu’eux. La première journée de festival s’est déroulée sans envie particulière puisque les gens avec qui j’étais étaient, pour la plus part, à jeuns, sauf que je savais très bien que j’aurais envie de poper le lendemain puisque KSHMR, mon artiste préféré, allait être en prestation.

Le samedi arriva et bien évidemment, l’envie m’trottais un peu dans la tête sans toute fois, prendre toute la place. À savoir aussi que la MDMA me donne énormément de plaisir sur le coup, mais bien souvent, j’en paye le prix pendants presque un mois par la suite (j’ai des sautes d’humeurs et je deviens hyper sensible pour rien). Donc je crois que c’est ce qui m’a permis de ne pas succomber à la tentation de prendre de la drogue puisque je travaille avec le publique et, dieu sait que c’est loin d’être facile de dealer avec le service à la clientèle. Et puis, est arrivé la pluie pendant le set de Slushii. La pluie courte, mais terriblement froide et dense qui a fait en sorte que moi et mon copain, on était trempés jusqu’aux os sans parlé du vent. Mon copain, déjà épuisé n’était pas content (vraiment pas même) et voulait partir… Moi aussi, j’avais atrocement froid, mais ne voulais pas manquer mon artiste préféré pour rien au monde. Donc, on a fait un compromis. On rentre à la maison, mais on va à l’after party de KSHMR au New City Gas.

Je sais qu’en ce moment, vous devez vous demander pourquoi je vous raconte ma vie, mais c’est simplement pour vous expliquer exactement dans quel mood j’étais lors de la prise de la KATY. Bref, on arrive, on ce douche, j’suis triste et déçue de manquer un des seuls artistes que je désirais voir plus que tout, j’suis down et fatiguée… Et là, je pense à KATY, ces grosses gélules qui traînent depuis près de 4 mois dans mon frigo que cet article m’as fait acheter en me donnant le goût de l’essayer, mais en aillant jamais l’occasion.

KATY

Donc je prend un tube de pilules (il y en a 4 dans un tube), on part pour le New City Gas, on arrête chercher un ami sur le chemin, qui, lui, est déjà sur la vrai MDMA (enfin, il y a une certaine limite à vrai puisqu’on sais pas la vraie composition des pilules que tu trouves dans les festivals) et je réalise enfin que je vais voir KSHMR. Le bonheur et l’excitation prend le dessus sur la fatigue et juste avant de rentrer dans le club, je prend une première gélule (à savoir aussi que la KATY est 3 à 4 fois plus grosse qu’une MDMA normale) et mon ami en prend une également. On rentre sans trop de problème et la salle est pratiquement vide. On parle, on danse un peu, on bois (1 shot parce que je suis une chochotte et que je ne suis pas riche).

KATY

Près d’une demi heure plus tard, j’ai commencé à me sentir bien et à avoir chaud, mais à avoir des frissons à la fois… Un peu comme quand ton buzz de Molly embarque. Bref, le buzz est resté le même sans jamais devenir aussi fort comme celui sur la MDMA. Je n’ai pas remarqué mes pupilles plus dilatées qu’à l’habitude (quoi que même sur la molly, c’est très très rare que j’ai une dilatation au niveau des yeux) ou je serrais particulièrement des dents, mais je sentais ma bouche plus sèche et je lichais légèrement plus mes lèvres. À ce moment là, j’ai décidé d’en prendre une deuxième (comme conseillé dans le “guide d’utilisation” de la KATY), pas vraiment de changement. Je me sentais bien, j’avais de légers frissons et j’avais l’impression d’aimer tout le monde d’oublier ma fatigue et de me sentir “sexy” (je sais, ça peut paraître bizarre comme définition). Le feeling ressemblait beaucoup à celui de la MDMA en moins fort. Le show c’est merveilleusement bien passé, j’ai eu du plaisir comme jamais au point d’en pleurer 3 fois, j’ai chanter et sauter à m’en époumonée et je suis tombée encore plus amoureuse que je l’étais déjà…

Et est venu le temps du débuzz… J’étais épuisée, j’avais légèrement mal au cœur et j’avais terriblement hâte de me coucher. Arrivée dans mon lit, incapable de dormir. Mon corps et mon esprit étaient complètement morts, mais j’y arrivais tout simplement pas. Il faisait trop chaud, après trop froid. Après 2 jours de festival à très peu dormir, j’ai été terriblement déçue de ma nuit. Sans parler de mon humeur de merde le lendemain, de mon terrible manque d’appétit ainsi que mon manque de sommeil flagrant. Encore aujourd’hui, lundi matin, j’ai les nerfs à vifs et je dois prendre beaucoup sur moi afin de ne pas simplement rester couchée aujourd’hui.

En résumé, je ne dirais que la KATY n’est pas identique à la Molly. Elles ont, en quelques sortes, les mêmes effets, mais la KATY est beaucoup moins forte et dure moins longtemps (mon buzz a peut-être duré 1 heure ou deux sans plus). Une fois dans le buzz, tu en veux toujours plus, au point que j’ai pensé essayer de me trouver de la vrai MDMA pour ne pas perdre mon petit feeling et même l’accentuer et, je crois que si j’avais eu d’autres KATY sur moi, j’en aurais prit une autre sans hésiter. Je ne pense pas que KATY va prendre un jour, la place de la MDMA dans les festivals ou les événements EDM, mais pour ma part, je préfère avoir moins d’effets et savoir ce qu’il y a dans ma pilule ce qui n’est pas le cas pour tout le monde. C’est sure que je vais donner une seconde chance à cette gélule puisqu’il m’en reste chez moi, mais je ne crois pas qu’après avoir fini mon stock, je vais m’empresser d’en racheter (ni ça, ni de la “vraie” molly).

Je sais que la compagnie Limitless Life a sortie 2 autres produits afin d’amplifier l’expérience de la KATY (la CHLOE [une autre gélule qui  prépare ton corps à l’absorption de la KATY] et SHEA [un spray pour augmenter l’effet de la KATY]), mais à l’époque de ma commande de KATY, aucun de ces produits étaient arrivés sur le marcher.

Donc, voici mon expérience avec KATY.